L’Atelier-Galerie A.Piroir est un espace de travail et d’exposition dédié à l’art imprimé / The A.Piroir Studio-Gallery is specialized in the creation and exhibition of fineartprintmaking

xylon

Du jeudi 21 Novembre au samedi 21 Décembre 2019

Vernissage le samedi 23 Novembre 2019 à 14h


Membre de Xylon international, Xylon-Québec est une association professionnelle d'artistes graveurs sur bois qui agit à titre d'éditeur, de diffuseur et vise à stimuler la recherche, la création et la promotion d'œuvres liées à la gravure en relief.

Dès 1979 des artistes graveurs manifestent le besoin de se greffer à Xylon international qui souhaite et favorise la création de sections nationales. En 1985, Xylon-Québec (Canada) devient officiellement une de ces sections. Depuis, le groupe se manifeste régulièrement en éditant des livres d’artistes et en organisant des expositions, souvent itinérantes, en vue de faire connaître la gravure en relief ainsi que les artistes qui la pratiquent.

*Texte tiré du site web de Xylon-Québec

Capture d’écran 2019-08-17 à 13.51.53.png

Xylon-Québec est une association professionnelle d'artistes graveurs sur bois

guild of book workers

Du mardi 23 Octobre au samedi 27 Octobre 2019

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer au séminaire sur les normes d'excellence de la Guild of book workers à Philadelphie, Pennsylvanie.

standards-slider-2019.jpg

Pour plus information visiter le site web de la Guild of Book wookers

JEAN-PAUL RIOPELLE

Exposition d’estampe du mardi 8 octobre au samedi 9 novembre 2019

Vernissage samedi 12 octobre 2019 à 14 h 00


Biographie

Jean-Paul Riopelle est né à Montréal en 1923. Suite à des études à l’école polytechnique et à l’école du meuble de Montréal, il rejoint le groupe des Automatistes aux côtés de Paul-Émile Borduas et sera cosignataire du Refus Global en 1948. Cette même année, il s’installe à Paris où il vivra de nombreuses années.  

Au début des années 1950 ses grands tableaux mosaïques peints à la spatule lui valent un succès retentissant. Dès lors, l’artiste ne cessera de cumuler les marques de reconnaissance: en plus de plusieurs prix prestigieux, plusieurs musées lui consacrent de grandes expositions rétrospectives dès 1967. L’œuvre considérable de Jean-Paul Riopelle compte des tableaux, des dessins, des sculptures et des gravures. Jean-Paul Riopelle est décédé à l’Isle-aux-Grues, Québec en 2002.

riopelle_126_web.jpg

Jean-Paul Riopelle, Les mouches à marier, 1985, Coffret de huit eaux-fortes, 50 x 66.5 cm, Daniel Lelong éditeur, © Succession Jean-Paul Riopelle / SOCAN (2019)

Photo : Marcelo Troche

tinia girard-savoie

Exposition du mardi 3 septembre au samedi 5 octobre 2019

Vernissage samedi 7 septembre 2019 à 14 h 00


EXPOISITION SENTIMENT DE LÉGÈRETÉ 

Ma production est le résultat d'une nouvelle recherche importante de différents procédés picturaux et graphiques habitant à l'intérieur de l'espace sérigraphique et ayant pour objectif de créer une fusion entre mes trois univers de création et de renouveler ma sérigraphie en créant un décloisonnement des frontières de celle-ci. La sérigraphie n'est plus seulement de la sérigraphie pour la sérigraphie, elle devient dessin, elle devient peinture. Elle n'est pas travaillée en édition, elle est travaillée en monotype. Chaque oeuvre sur papier est unique, mais la composition de chacune des pièces est construite par la multiplicité que le processus d'estampe peut offrir.

 Je crée différentes matrices en peinture, en dessin et même en sérigraphie elle-même. Chaque univers est la matrice de l'autre et vice versa. C'est en fait une cohabitation entre la peinture et le dessin appliqué en sérigraphie. Les trois procédés s'interpellent et se côtoient. La création de l'oeuvre s'exprime pendant la durée de son élaboration, dans son processus de transformation. Lorsque le spectateur observe l'oeuvre, il assiste à l'acte de superposition des couches et des tâches transparentes, à la multiplication des motifs graphiques. Il imagine le processus de création à l'intérieur du mouvement, des moments et des possibilités d'action de mon corps et de ma pensée à l'intérieur de cet espace, celui du papier ou du support de l'oeuvre elle-même. Il peut imaginer un travail en atelier qui fait appel au corps, une gestualité très physique et très dynamique. Par la superposition de plusieurs pochoirs à la fois (une dizaine de soies à la fois )je travaille toujours sur plusieurs oeuvres en même temps, intervenant dans une et puis dans l'autre. Tout en offrant beaucoup d'informations visuelles, les dernières oeuvres sont la représentation d'un sentiment de légèreté et de flottement. Chaque décision prise lors de la création est pensée et crée afin de donner cette illusion. L'oeuvre présente un lieu, un territoire où l'on peut circuler en avant plan et en arrière-plan, soit par la superposition des couches, par le choix des couleurs, par la finesse du dessin ou par la dimension de celle-ci. La disposition de la présentation elle-même est aussi prise en considération, afin d'accentuer cet effet de légèreté et de flottement.

69939817_10215616848996609_4320608186332610560_o.jpg

Vue de l’exposition, site web de l’artiste TANIA GIRARD SAVOIE

stella pace

Exposition du mardi 11 juin au samedi 10 août, 2019

Vernissage le samedi 15 juin à 14h

Exposition Passage vers l’humanité


L’artiste multidisciplinaire Stella Pace approfondit avec le thème de passage les notions d’identité et d’appartenance, des notions qui lui sont chères.L’exposition  est donc conséquente et d’importance : plusieurs grands formats inédits y seront présentés. 

Dédiée à l’art imprimé, l’exposition Passage vers l’humanité en révèle plusieurs facettes: des gravures au carborundum, notamment, une série de petits formats imprimés sur mylar marouflé sur papier, des œuvres mixtes mariant le collage, la gravure et le jute et d’autres présentant des collages sur papier japonais. Œuvres primitives d’un point de vue de langage formel, elles sont empreintes de naïveté et l’on découvre dans cette joyeuse humanité, une plastique à la réminiscence d’Afrique.

L’artiste explore activement la forme épurée, à travers l’économie de matière étale et l’adjonction de couches successives de matériaux bruts. Aux  noirs profonds et aux textures lisses et grossières, Stella Pace oppose une palette des ocres plus somptueuse qui rehausse l’ensemble. Passage vers l’humanitéregroupe également des sculptures en céramique. Ce maillage de pièces tridimensionnelles et d’œuvres bidimensionnelles crée une tension esthétique avec simplicité. Parmi les diverses composantes de cette œuvre dynamique, Passage vers l’humaniténe peut que captiver.

IMG_7230.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Stella Pace

violaine fayolle

Du mardi 30 Avril au samedi 1er Juin 2019

Vernissage le samedi 4 Mai 2019 à 14h

Née en 1981, Violaine Fayolle, artiste morbihannaise, s’engage en 2009 dans la gravure sur bois. Après un travail sur plusieurs séries autour du monstrueux et de la norme, elle crée en mars 2014 une nouvelle espèce d’oiseaux hybrides : les désailés. Il s’agit d’oiseaux possédant des ailes mais elles leur sont malheureusement inefficaces pour le vol. 

Ces drôles d’oiseaux, privés d’une partie de leur nature, doivent alors trouver un autre sens à leur vie. Métaphores des humains parfois désorientés face aux mutations du monde contemporain, les désailés naissent de croquis naturalistes réalisés dans ses carnets de dessins à partir de matériaux divers récoltés çà et là et d’objets naturels d’origine végétale, animale ou minérale. Leur habitat est la pénombre, le noir de l’encre ou encore une forêt étrange dans laquelle ils errent. 

Violaine Fayolle participe à des expositions collectives et biennales de gravures en France, à Toulouse ou Morhange ; elle intervient auprès de scolaires dans le cadre de résidences, au lycée d’Hennebont et à l’école du Manio ou encore lors de stages de xylo et linogravure, au Musée de Pont-Aven par exemple. 

Elle expose dans le Morbihan, au Moulin de Pen Castel à Arzon ainsi qu’à l’artothèque d’Hennebont, à Binic-sur-mer (février 2019). Cette année, certaines de ses gravures ont été présentées à la Biennale Internationale de Gravure Livio Abramo au Brésil, et seront exposées au musée de la xylogravure à Campos de Jordão entre juin et août. Tout le travail sur les Désailés fera l’objet d’une exposition personnelle à la Maison Tessier-dit-Laplante à Québec (mi-mai à fin août 2019).

IMG_7207.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Voilaine Fayolle

Marc Garneau et Hervé de Fontenay

Du mardi 9 avril au samedi 27 avril 2018.
Lancement samedi 27 avril à 14h.

Lancement du livre d'artiste Tes doigts - Your Fingers

MARC GARNEAU

Né à Thetford Mines en 1956, Marc Garneau pratique depuis plus de 40 ans l’estampe et la peinture, depuis Montréal, où il vit et travaille. Son travail a fait l’objet d’une soixantaine d’exposition solo et fait partie d’importantes collections publiques, dont celle du Musée d’art contemporain de Montréal et du Musée national des beaux-arts du Québec. Il est récipiendaire du Grand Prix de la Biennale du dessin, de l’estampe et du papier matière du Québec. 

HERVÉ DE  FONTENAY

Né en 1948 et décédé en 2014, Hervé de Fontenay a complété des études à l’Université de Montréal et l’Université McGill, avant de joindre cette dernière université en 1975. Il y a poursuivi sa carrière en intégrant dès 1977 le Center for Continuing Education, où il a œuvré par la suite. Il a poursuivi en parallèle une activité littéraire en tant que poète. 

IMG_7201.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Marc Garneau

Grande Foire d'art imprimé

Samedi 13 et dimanche 14 avril, 2019

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer GRANDE Foire d'art imprimé qui se tiendra au WIP à Montréal.

IMG_1582.JPG

Table de l’atelier-galerie a. PIroir, site web de l’organisateur

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Du mardi 26 mars au samedi 6 avril 2019

Vernissage jeudi 28 mars à 17h30

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

ARLIS/NA

Du dimanche 26 mars au jeudi 30 mars 2019.

Atelier-Galerie A. Piroir a le plaisir de participer à la La 47e conférence annuelle de la Société des bibliothèques d'art d'Amérique du Nord (ARLIS/NA) à Salt Lake City qui se tiendra au Grand America centre ville de Salt Lake.

Capture d’écran 2019-09-19 à 14.05.51.png

Site web de l’organisateur Arlis/na

codex

Du dimanche 3 février au mercredi 6 février 2019.

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer à la 7e biennal de Codex, foire et symposium sur le livre d’art à Richmond, Californie.

IMG_1528.JPG

TABLEs DE L’ATELIER-GALERIE A. PIROIR, SITE WEB DE L’ORGANISATEUR

Bonnie baxter

Exposition du 8 janvier au 23 mars 2019

vernissage samedi 12 janvier à 14h

Exposition RATKIND

Biographie

Bonnie Baxter est née au Texas, à Texarkana. Elle a un studio et une résidence dans le Val-David, Québec depuis 1972. Artiste interdisciplinaire, elle expose de manière continue tant nationalementqu'internationalement pendant plus de 4 décennies. Son travail qui couvre une large éventail allant d'installations d’art public à des œuvres de très grand format, aborde tous les médias disponibles, de la projection vidéo à la sculpture.

Elle a étudié à l'Académie Cranbrook d'Art au Michigan et a reçu un diplôme MFA de l'Université du Vermont, Norwich l'Université. Elle a donné des cours et des ateliers au Canada, au Mexique, aux États-Unis, en Turquie et en Chine. Elle enseigne au Programme d’Art imprimé de l’Université Concordia depuis 1984.


En 1985, elle fonde son studio d’art imprimé personnel , l’Atelier du Scarabée à Val-David, au Québec. À l’Atelier, elle collabora et produisit des gravures, des estampes en relief et des sérigraphies pour un groupe d’artistes sélectionnés. Elle imprima toutes les eau fortede Jean-Paul Riopelle pendant une période de dix ans.En 2005, le Musée d’art contemporain des Laurentides présenta l’exposition «Rewind», portant 10 ans de travaux de Baxter; l’exposition a ensuite parcouru le Canada et les États-Unis.


Baxter a reçu des subventions du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada et de l’Association des professeurs à temps partiel de l’Université Concordia.Son dévouement envers l’engagement communautaire dans les arts et sa contribution en tant qu’éducatrice ont été reconnus en 2016 lorsqu’ elle a reçu le prix d’excellence en enseignement de l’Université Concordia. Elle a participé à des biennales internationales de d’art imprimé à Bhopal, en Russie, en Hongrie, en Inde et à Taiwan R.O.C.. En 2005, Conseil des arts et des lettres du Québec, dans le cadre des Grands Prix de la culture des Laurentides, elle a reçu le Prix à la création artistique et, en 2018, le grand Prix Soleil pour l’ensemble de sa carrière.

Démarche Artistique

Je privilégie les couleurs audacieuses et les images fortes qui se trouvent raffinées par l’addition de couches de contenu. Je constate que la vie n’est pas compliquée mais dense et qu’il est facile de se perdre dans cette densité, tel un insecte minuscule se débattant pour trouver la surface à travers une épaisseur de couches. Je préfère voir ces couches comme des occasions, des preuves de simultanéité, de synchronisme et de hasard heureux qui abondent dans la vie. Ainsi, mon travail a tout à voir avec la médiation de ces couches, par l’image imprimée ou vidéographique. Voir la signification et la beauté dans la diversité, trouver la beauté dans le lieu commun et voir que l’extraordinaire est courant.

Pour « RatKind », ma plus récente série, des séances de photographie et de vidéo ont été prises au cours de l’été dans mon jardin, un cadre très privé de Val-David. Des artistes/acteurs, des amis et d’autres personnes portant un masque de rat, ont reçu des paramètres généraux pour les poses et les actions, toutes tirées de leur expérience personnelle afin de cerner la notion de " problèmes au paradis. " Des caméras numériques et infrarouges ainsi que régulières ont été utilisées ainsi que des photographies prises par des drones. Avec ces tirages numériques, j’ai créé une série de gravures sur bois en utilisant la technologie de gravure au laser.

« RatKind » est une série dystopique, mais pleine d’espoir, qui reconnaît la nécessité pour l’humanité de surmonter ses peurs et ses préjugés afin de progresser vers une société plus inclusive et plus accueillante. Elle imagine un avenir dans lequel des formes alternatives de communauté ont émergé, invitant à une plus grande diversité sociale, accueillant toutes les formes d’intelligence alors même qu’on tend vers un avenir durable et qu’on déplore le décès d’un passé presque incompréhensible.

Bonnie Baxter

IMG_7024.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Bonnie Baxter

Jean michel cropsal

Du dimanche 30 décembre au lundi 7 janvier 2018
Vernissage dimanche 30 décembre à 10h


Jean Michel Cropsal naît et passe son enfance au Maroc. Il étudie en France et travaille pour le théâtre: décors et costumes.

Il émigre au Canada (Montréal) en 1975 et continue à travailler pour le théâtre et la danse (costumes).

Il conçoit et réalise des vêtements qu’il expose et vend dans différents salons à Montréal et Toronto.

Durant ces années, il continue à dessiner, peindre et graver. On retrouve ses oeuvres dans des collections publiques ou privées au Canada et en France et au Maroc.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Marc Garneau

Du mardi 6 novembre au samedi 22 decembre 2018.
Vernissage samedi 10 novembre à 14h.

Exposition Les sporadiques

Cette exposition consiste en un choix d’estampes réalisées au cours des 40 dernières années. Il ne s’agit nullement d’une rétrospective, mais d’un plaisir à partager autour d’œuvres que j’affectionne particulièrement. Chose étrange, j’ai toujours eu un faible pour ma première gravure réalisée en 1978 dans un cours d’Antoine Pentch.

Depuis lors, malgré le côté sporadique de ma pratique, j’y retrouve toujours le même engouement. Je réalise que cet art a toujours été un point d’appui pour ma peinture et une manière parallèle au travail de la main.

Bio abrégée

Né à Thetford Mines en 1956, Marc Garneau vit et travaille à Montréal. Depuis plus de 40 ans, il pratique l’estampe et la peinture. Actif sur la scène artistique, ses œuvres ont été montrées dans près de 60 expositions individuelles. En 1997, il a gagné le Grand Prix de la Biennale de dessin, de l’estampe et du papier matière du Québec (Alma).

Plus récemment, le « 1700 La Poste » à Montréal et la Galerie d’art du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke présentaient une exposition majeure de l’artiste couvrant 30 années de peinture (1985-2015).

Ses œuvres font partie d’importantes collections publiques : Musée d’art contemporain de Montréal, Musée national des beaux-arts du Québec, Musée de Joliette, Musée du Bas Saint-Laurent et l’Université de Sherbrooke.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

E/AB Fair

Du jeudi 25 octobre au dimanche 28 octobre 2018.



Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer à Editions / Artists' Books Fair à New York City, New York.

45353086_1969655226414105_7535350890530603008_o.jpg

Kiosque à E/AB fair, de droite à gauche: Hélène Latulippe, Catherine Farish et François-Xavier Marange

HÉLÈNE DORION et CAROL BERNIER

Du mardi 23 octobre au samedi 3 novembre 2018.
Lancement le samedi 3 novembre à 14h.

Lancement du Livre d’ARTISTE L’écorce du souvenir - The Bark of Memory

Hélène Dorion

Hélène Dorion est une poète et romancière québécoise, née à Québec en 1958. En parallèle d’une carrière d’enseignante et d’éditrice (au Noroît), elle a accouché d’une œuvre littéraire importante, principalement en poésie, qui lui a valu de nombreuses distinctions, dont le Prix Mallarmé, le Prix Anne-Hébert et le Prix du Gouverneur général du Canada. Elle a aussi collaboré à de nombreux livres d’artistes et contribué à diverses revues.

Carol Bernier

Carol Bernier est né en 1963 à Montréal, où elle habite et travaille toujours. Elle détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. Depuis 1994, son travail en gravure et en peinture a été présenté au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Europe, dans le cadre d’expositions individuelles ou collectives.

L'ecorce du souvenir_31.JPG

L’écorce du souvenir,

Texte Hélène Dorion et gravure Carole Bernier,

2017, 18 x 11 cm, gravure et typographie, 30 exemplaires, édition Faiseurs d’Images

GUILD OF BOOK WORKERS

Du mercredi 17 octobre au dimanche 20 octobre 2018.



Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer au séminaire sur les normes d'excellence de la Guild of book workers à Minneapolis, Minnesota.

IMG_1465.JPG

Tables de l’atelier-Galerie A. Piroir, site web de l’organisateur

Volume 1 MTL

Du samedi 20 octobre de 12h à 19h au dimanche 21 octobre de 12h à 18h 2018.



Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer à Volume 1 MTL à la Société des art technologique à Montréal.

volume1mtl_720_300.jpg

Site web de l’organisateur

Oak Knoll Fest XX

Du vendredi 5 octobre au dimanche 7 octobre 2018.



Atelier-Galerie A.Piroir a eu le plaisir de participer à Oak Knoll Fest XX à New Castle dans le Delaware.

IMG_1458.JPG

Tables de l’atelier-Galerie A. Piroir, site web l’organisateur

Déborah Chapman

Du mardi 11 septembre à samedi 13 octobre 2018

Vernissage le jeudi 13 septembre à 17h30

Exposition

Depuis plusieurs années, je travaille sur la relation de l'homme et de la nature dans tous ses états; je cible particulièrement la déstabilisation de la nature face à la pollution crée par l'homme. La présence du rêve prend source en moi et me permet de revendiquer un monde nouveau, lumineux en perpétuelle renaissance.

Ma technique de prédilection est la " manière noire " en taille douce,(gravure).

Ce choix me donne la possibilité de réfléchir, car le temps d'exécution est long mais cependant d'une grande subtilité; cette façon de faire va à l'encontre du rythme de la vie moderne. Mon cheminement artistique est à l'inverse de la description narrative d'une image, il se veut métaphorique et symbolique, cet état d'esprit est probablement influencé par ma longue pratique du dessin en noir et blanc. Toute ma recherche s'articule sur le "symbole " et le" concept ".

Ma principale préoccupation en art à un double objectif, l'environnement de notre planète et la qualité de notre espace de vie : " la beauté des choses" doit nourrir notre âme, qui réclame le rêve et l'émotion. En chaque oeuvre je développe une atmosphère "magique".


Bio abrégée

Déborah Chapman est née en Argentine. En 1984 elle émigre au Canada ( Québec) et en 1990, elle est diplômée d’un Bacc.en Arts Plastiques, spécialisation en gravure de l’Université du Québec à Montréal( UQAM). En 1991, elle débute sa carrière professionnelle en perfectionnant son travail à l’Alelier Graff à Montréal, avec l’imprimeur Luc Guérin, de l’atelier d’édition Lacourière Fréleau de Paris, France. Elle pratique la mezzotint ainsi que la Xylographie dans l’atelier Le Nautile à Montréal.Elle participe aux grandes expositions internationales, biennales, et triennales à travers le monde, elle a également remporté plusieurs prix nationaux et internationaux. Démarche en gravure, technique de la " manière noire"

7_Chapman Deborah_L'heure éxtreme_39X50,5cm._Mezzotint_2016.jpg

L'heure éxtreme, 2016, 39X50cm,manière noire

Michel Lancelot

Du mardi 22 mai au samedi 23 juin 2018

vernissage le vendredi 25 mai à 17h30

Exposition

Une inscription, un graphe dans les formes de la temporalité : telle pourrait être une caractérisation de l’œuvre de Michel Lancelot. Cela tient d’abord à la maîtrise éclairée de différentes techniques : aquatinte, lithographie, eau-forte, pratiques qui s’entrecroisent, qui s’éclairent et fournissent d’inépuisables possibles. Au fil d’une vie d’expérimentation et de travail, les apprentissages se transforment en une tranquille assurance qui permet d’ouvrir d’autres chemins pour la création. L’artiste fût aussi enseignant, et cette profession qui exprime entre autres la volonté d’être un passeur, de transmettre un savoir qui est surtout un héritage, confère aussi une texture particulière à la recherche artistique. Le versant intuitif, la spontanéité du geste doit se décomposer pour être saisie; à la limite, il faut revenir à l’aube des apprentissages pour les re-connaître. Cette dichotomie de l’analyse et de l’intuition forme le pôle dynamique dans lequel, aujourd’hui affranchi de l’enseignement, il se meut encore.

Une temporalité qui est aussi conservation et valorisation, car Michel Lancelot investit dans ses récents travaux des cartes géographiques tirées de vieux almanachs, des gravures d’Hokusai extirpées de beaux livres sur l’art, des trouvailles en grand format aux couleurs surannées. Ces supports sur lesquels s’effectue le travail sont choisis non seulement pour les qualités inhérentes à la matière, mais aussi et surtout pour la beauté des gravures, du dessin, des coloris et des moments de l’histoire qu’ils représentent. L’intervention n’est jamais passéiste, ni la création aliénée, il s’agit plutôt d’un hommage et d’une façon de créer un dialogue fécond entre l’artiste et cette riche matière venue du passé.

Michel Lancelot pose sur cela des formes végétales, animales et humanoïdes qui forment des compositions où l’équilibre et la cohérence sont constants. Il y a parfois émergence d’un petit théâtre, parfois aussi quelques traits dessinent-ils un visage, ébauchent un sourire narquois, tracent un œil malicieux, toutefois la figuration ne porte pas un message, demeurant lié à des réquisits qui font plutôt échos à l’abstraction géométrique. Sous l’encre noire comme sous les carmins, citrons ou azur, il est possible de distinguer les fonds ouvragés, les formes créées par l’artiste ouvrent là-dessus des fenêtres à ces anciennes harmonies. Ce sont les signes d’une appréciation très sentie envers des qualités de savoir-faire et de remarquables ouvrages du passé. Par ailleurs, une vie bien réelle et une ironie bienveillante imprègnent ce travail, et cela laisse l’impression d’une sorte d’allégresse, d’une célébration esthétique épurée de contenu doctrinal.

Voici une mince inscription dans le corps même de la démarche de l’artiste, un temps saisi dans l’ensemble d’un travail de création foisonnant qui s’étend maintenant sur des décennies. Ce qui était est encore et demeurera : une recherche heureusement sans fin poussée toujours plus avant par une passion pour les techniques de gravure, de dessin, de peinture. Un dialogue médiatisé par des créatures et des créations que l’on reconnaît immédiatement; elles composent le délicat paraphe de Michel Lancelot dans l’histoire de l’art.

Hugues Brouillet

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Janne Laine

Du vendredi 13 avril au samedi 12 mai 2018

vernissage le vendredi 13 avril à 17h30.



Dans le cadre du partenariat avec la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIECTR), l’Atelier-Galerie A. Piroir a l’honneur d’accueillir l’artiste Finlandais Janne Laine pour une résidence d’artiste et une exposition solo.

Biographie

Janne Laine est né en 1970; il vit et travaille à Tampere, en Finlande. Il dépeint des paysages depuis plus de vingt ans, avec cette capacité à présenter le paysage comme un sujet autonome, sans requérir du spectateur des suppositions sur sa localisation d’origine et des jugements sur la fidélité de sa représentation. Ses œuvres sont des images universelles, dans lesquelles le paysage est nimbé de mystère, au-delà de toute reconnaissance possible.

Les estampes de Laine combinent de la gravure et de la photographie. Laine voyage de par le monde pour capter des images avec sa caméra et en faire des estampes grâce à des procédés d’héliogravure. L’image n’est pas retravaillée avant le recours à ces procédés; elle n’est modifiée que sur les plaques. Des couleurs sont ajoutées par couches d’aquatinte, si requis, et parfois avec des chine collés.

Laine a travaillé plus de vingt-cinq ans comme graveur au Graphic Workshop Himmelblau, où il a acquis le statut de maître graveur en 2006. Depuis quelques années, il se concentre davantage sur son propre atelier de gravure à Tampere. En 2009, il s’est mérité une bourse d’une durée de cinq ans, remise par l’État finlandais. Il a d’ailleurs obtenu, au fil des années, plus de vingt bourses de la part de divers organismes subventionnaires en Finlande.

Une rétrospective de son œuvre a été organisée au Musée d’art de Tampere en 2015. Par ailleurs, son œuvre a été exposée en solo plus d’une cinquantaine de fois en Finlande, en Islande, en Suède, en Norvège, au Canada, en Belgique et en Corée du Sud. Laine a aussi participé à de nombreuses expositions collectives dans plus de quarante pays. Son travail a été récompensé lors de biennales ou de triennales en Bulgarie, en Espagne, au Brésil, en Corée du Sud, au Japon, au Canada, en Estonie, en Allemagne et en Finlande. Il a notamment reçu le Prix Banque Nationale à la 5e Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivière (BIECTR). Il a aussi participé aux 6e, 8e et 10e BIECTR. Plus de trente collections d’art publiques comprennent de ses œuvres, à travers le monde. Enfin, Laine a été artiste en résidence à Siglufjördur et Akureyri (en Islande), à Paris, à Budapest et à New York.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Du mardi 27 mars au samedi 7 avril 2018.

Vernissage jeudi 29 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

MANHATTAN FINE PRESS BOOK FAIR

Samedi 10 mars 2018, de 10h à 17h.

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer THE FIFTH ANNUAL MANHATTAN FINE PRESS BOOK FAIR

à l'École paroissiale St. Vincent Ferrer au coin de Lexington Avenue et 65th Street, New York, NY.

ARLIS/NA

Du dimanche 25 février au jeudi 1er mars 2018.

Atelier-Galerie A. Piroir a le plaisir de participer à la La 46e conférence annuelle de la Société des bibliothèques d'art d'Amérique du Nord (ARLIS/NA) à Salt Lake City qui se tiendra au Grand America centre ville de Salt Lake.

Capture d’écran 2019-09-19 à 14.05.51.png

Site web de l’organisateur Arlis/na

JULIUS BALTAZAR

Du mardi 21 novembre au samedi 23 décembre 2017

Vernissage le mercredi 22 novembre 17h30.

Bio Abrégée

Né à Paris en 1949, Hervé Lambion débute sa carrière comme apprenti joaillier chez Arthus Bertrand. Son talent a été remarqué par Salvador Dali qui, le prenant sous son aile, le couronna d’un nom d’artiste : Julius en référence à César et Baltazar pour le roi mage.

Graveur et peintre, les créations de Julius Baltazar mêlent taille-douce, aquarelle, encre de Chine et crayon Arlequin. Les oeuvres de l’artiste sont présentées dans d’importantes collections publiques au Canada, en Espagne, en Belgique, en Suisse, au Japon et en France. L’artiste a également illustré plus de trois cents ouvrages de poésie.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

GUILD OF BOOK WORKERS

Du mercredi 25 octobre au dimanche 29 octobre 2017



Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer au séminaire sur les normes d'excellence de la Guild of book workers à Minneapolis, Minnesota.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

David maes

Du mardi 17 octobre au samedi 18 novembre 2017
Vernissage le jeudi 19 octobre à 17h30

Exposition gravures

Je travaille presque exclusivement à la pointe sèche, ce qui me permet de dessiner à même les plaques de cuivre ou de zinc. J’imprime en grande partie mes gravures.

Tout en explorant le thème de la nature – je suis fasciné par les oiseaux et les poissons – , c’est le corps humain qui reste au centre de mon travail de recherche, avec un intérêt et une passion pour le portrait qui ne se sont jamais démentis.

Cette exposition à l’Atelier-Galerie Alain Piroir est une nouvelle occasion de montrer mon travail à Montréal. Pour cette occasion, j’ai sélectionné une série de gravures réalisées au cours des dix dernières années.

David Maes

Bio abrégée

Originaire de Montréal, je vis en Europe, principalement en France, depuis 1987. Initié à la gravure par Louis-Pierre Bougie en 1988, j’ai travaillé à l’Atelier Lacourière-Frélaut (Paris) jusqu’à mon départ pour la Casa de Velasquez (Madrid) en 1992 où j’ai séjourné pendant deux ans comme membre de la section artistique. Pendant cette période, immergé dans une autre culture, j’ai eu l’opportunité de rencontrer et de travailler avec de nombreux artistes espagnols. Depuis mon retour en France en 1994, je partage ma vie entre Paris et la Région Sud où je demeure.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

exposition satellite de la 10e biectr

Du mardi 20 juin au samedi 5 août 2017

Vernissage le jeudi 22 juin à 17 h 30.



L'Atelier-Galerie A. Piroir présente cet été une exposition satellite de la 10e édition de la Biennale internationale d'estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIECTR) sous la présidence d'honneur d'Alexandra Szacka, journaliste émérite. Inscrite au Circuit d'expositions et activités parallèles présenté par Radio-Canada, cette exposition offre au public montréalais, une sélection d'une dizaine d'estampes réalisées par les artistes de la 10e BIECTR. Vous pourrez découvrir, entre autres, l'univers singulier des artistes: Suzie Allen (Québec, Canada), Sabine Delahaut (France), Janne Laine (Finlande), Heike Negenborn (Allemagne), Jan Pamuła (Pologne) pour ne nommer que ceux-ci. Cette présentation parallèle est une belle invitation à venir à Trois-Rivières visiter les quelque 300 œuvres réalisées par 51 artistes provenant de 19 pays de la 10e BIECTR: un incontournable de l'été 2017!

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Valérie guimond

Du mardi 9 mai au samedi 10 juin 2017
Vernissage le vendredi 12 mai à 17h30

Exposition Image de pacotille et Nos éthos

«La société actuelle subit un ''vacarme sexuel'' assourdissant ainsi qu'une banalisation de la pornographie. L'époque n'est plus à la suggestion mais à l'exhibition. D'où l'apparition du terme ''hypersexualisation''.

J’ai photographié ma fille de 9 ans vêtue de sous-vêtements féminins et d’un masque à gaz. Afin de la protéger de la pornographisation, se définissant comme le «recyclage d’archétypes pornographiques dans la culture», je lui fais porter ce masque, symbole d’une urgente protection contre cette banalisation médiatique de la sexualité et ce phénomène social qui s’insère dans l’espace public à notre insu.

Selon la sexologue Francine Duquet, «on fait porter à des enfants un potentiel de séduction sexuelle et érotique qu’elles n’ont pas le moyen de gérer».

Dans ce contexte, faire porter le masque à gaz à ma fille est un moyen pour moi, en tant que mère, femme et artiste, de dénoncer cet excès pernicieux.

La série Nos éthos est la trace laissée par des inconnus pris en photo au hasard dans la rue, dans une attitude neutre. C’est la découverte d’une nature inattendue de l'être humain sur des hommes et des femmes; des personnes dans une détresse tranquille, dont les histoires, parfois hasardeuses, étaient inexorablement liées à leur passé; une résilience inhérente à leur vécu et à leur quotidien.

L'artiste est un médiateur donnant une visibilité à des individus généralement condamnés à l'invisibilité. L'artiste est un «porte-parole»: il met sa vision du monde à vue de tous. La rencontre d'individus et s'arrêter aléatoirement devant telle ou telle personne, telle est la notion de médiateur dans une société qui ne voit plus ces exclus.


Bio abrégée

Présentement à la maîtrise en art, Valérie Guimond détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université du Québec à Trois-Rivières où elle y travaille comme chargée de cours et technicienne en estampe (sérigraphie et gravure). Membre de l’Atelier Presse Papier de Trois-Rivières depuis 2002, elle a donné plusieurs conférences et workshop sur l’estampe, entres autres au Brésil, au Mexique ainsi qu’en Belgique. Ses œuvres ont été présentées dans plusieurs biennales nationales et l’internationales. Elle exposera prochainement son travail à l’Atelier Silex à Trois-Rivières lors de la 10e Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières en juin 2017.

Le travail de Valérie Guimond s’exprime principalement autour du sentiment d’étouffement et de resserrement de notre propre corps. Un moi intérieur qui se construit à partir des sensations éprouvées, des expériences vécues et de séries d'identifications. Il est à la fois le lieu de l'identité personnelle, du contrôle du comportement, du rapport aux autres et de la confrontation entre la réalité extérieure, les normes morales et sociales et les désirs inconscients.

L’hypersexualisation des jeunes filles, l’image du corps de la femme et le regard des autres sur les exclus de notre société sont les principaux sujets des œuvres récentes de Valérie Guimond dans cette exposition.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Du mardi 28 mars au samedi 8 avril 2017.

Vernissage jeudi 30 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

art on paper

Du jeudi 2 mars au dimanche 5 mars 2017

Vernissage le jeudi 2 mars à 18h00

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer à Art on Paper
Pier 36 New York

Capture d’écran 2019-09-19 à 14.05.51.png

Site web de l’organisateur Arlis/na

stella pace

Du mardi 14 février au samedi 18 mars 2017

Vernissage le jeudi 16 février à 17h30

Exposition habiter le monde

Notes de Gabrielle Desgagné-Duclos

Visible un mois durant à partir de février 2017, Habiter le monde constitue pour la sculpteur, peintre et graveur Stella Pace une seconde occasion depuis l’exposition Têtes en devenir (2009) de présenter son travail en estampe à l’Atelier-Galerie A. Piroir. L’artiste y propose un corpus inédit qui regroupe deux œuvres grand format — une longue frise monochromatique noire sur papier japon et un dessin au bâton à l’huile et crayon de plomb — ainsi qu’un diptyque mélangeant estampe, collage et peinture et plusieurs pièces d’une série de petites collagraphies et pastel gras sur papier noir.

À huit étages au-dessus de la rue, bien en retrait du mouvement qui anime les espaces de diffusion situés en bas, avenues Casgrain et de Gaspé, l’Atelier-Galerie A. Piroir offre aux artistes en estampe actuelle un cadre unique d’exposition. Accrochées dans l’espace même de travail des maîtres graveurs et des artistes qui fréquentent l’atelier, les œuvres s’y regardent en contexte, dans un côtoiement bienvenu avec les presses. Lieu de création et d’apprentissage, l’Atelier-Galerie est avant tout un espace vivant, habité, qui incarne bien l’approche artistique de Stella Pace, à l’opposé de la culture des apparences, honnête, ancré dans le faire et le senti.

L’exposition donne à voir le développement récent du travail sur papier de Stella Pace, qui paraît s’accomplir en cohérence avec sa production sculpturale antérieure, fortement marquée par la série sur bases de béton Peoples (2000-2015). Par la répétition d’un motif — le plus souvent forme humaine — à chaque fois singularisé par son exécution automatiste, l’effet d’accumulation expose, pour ainsi dire, la condition individuelle de l’existence humaine. Accomplissant son travail plastique par séries, l’artiste accumule, sélectionne, reprend et retravaille les motifs, les idées, les techniques ou les œuvres elles-mêmes, réalisant de la sorte une œuvre-trace où les pièces transpirent l’énergie investie dans leur création.

Depuis une dizaine d’années, le travail que Stella Pace consacre à l’estampe, bien qu’il s’accompagne du ralentissement de sa production en sculpture, conserve cet intérêt pour les méthodes déjà employées du collage et de l’assemblage. L’artiste approche couramment l’élément d’impression comme une œuvre en soi (et l’expose parfois comme telle, avec ou sans altération). Ses tirages, quant à eux, surtout des éditions limitées, sont le plus souvent appelés à devenir la matière de base pour un nouveau travail de construction, pictural ou installatif. Ainsi, l’impression est loin d’être une finalité pour Stella Pace, qui place le processus même de l’estampe au centre d’une exploration sculpturale.

Récemment, une résidence de formation à l’Atelier Graff lui a aussi donné envie d’investiguer davantage les possibilités du numérique — ce dont témoigne l’œuvre Un monde en soi (2016), une composition numérique réalisée en collaboration avec Claude Fortaich et imprimée en un seul exemplaire sur papier d’Arches. Fruit d’un travail considérable, l’œuvre réunit, dans une grille de plus de deux mètres de longueur, 154 estampes individuelles représentants des visages sombres, sur lesquels l’artiste est intervenue au bâton à l’huile rouge écarlate comme pour les annoter, en souligner les traits d’expression ou en matérialiser la force vitale1.

Hypnotique, Un monde en soi découle d’une approche plus systématique de la composition all over, plus méthodique que ce à quoi l’artiste nous a surtout habitué, à l’exemple du grand dessin Oppression exposé chez Piroir. Ces deux œuvres, grille ordonnée et réseau de lignes chaotique, engagent cependant à une conception de l’espace semblable, qui n’est pas sans rappeler les compositions plurifocales de Jean Dubuffet (1901-1985) — un plasticien que l’artiste affectionne et dont l’œuvre tardive s’organise en phases selon un traitement de plus en plus nihiliste de l’espace de représentation, avec les « psycho-sites », les « sites aléatoires », les « mires » et les « non-lieux ».

Qu’ils évoluent dans un espace monochromatique noir, flottent sur le blanc du papier sali par les essuyages de la plaque d’impression, ou dans un enchevêtrement de lignes qui rapproche dans une même image des scènes éloignées, les personnages de Stella Pace habitent des paysages évanescents, emplis des vertiges que nous y projetons. Ces « réfugiés » appartiennent au monde et le monde fait partie d’eux ; lorsqu’ils ne sont pas carrément construits de béton, de fer et de paille, ils ont sur papier cette même apparence d’être faits de la matière du monde, d’être formés de la terre.

Dans un langage plastique toujours empreint de primitivisme, Habiter le monde permet à Stella Pace de poursuivre sa méditation autour de la figure humaine et de la thématique migratoire, en ajoutant à son lexique iconographique l’image de la maison — motif nouveau qui fait ici une apparition toute naturelle. Rappelant les constructions traditionnelles des civilisations anciennes, le carré simple de chacune est un univers clos à quatre dimensions, modelé à l’image de celui qui y a vécu. Aussi distinctes les unes des autres que les êtres traversant les paysages incertains de ses œuvres, ces maisons incarnent la fixation spatiale, l’ancrage ; le refuge que l’on a dû abandonner et qu’il nous faut retrouver afin de quitter l’errance et habiter le monde.

1 Simultanément à l’exposition chez Piroir, Un monde en soi et quelques autres pièces récentes sont exposées au centre d’artistes en art imprimé Zocalo. Membre associée de Zocalo, Stella Pace y a effectué un séjour de résidence en 2012. Elle a depuis participé à plusieurs expositions collectives du centre, ainsi qu’à deux projets de livres d’artistes.

IMG_7230.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Stella Pace

codex

Du samedi 5 février au mercredi 8 février 2017
Vernissage le samedi 5 février 17h30

Atelier-Galerie A.Piroir a le plaisir de participer à la 6e biennal de Codex, foire et symposium sur le livre d’art à Richmond, Californie.

IMG_1528.JPG

TABLE DE L’ATELIER-GALERIE A. PIROIR, SITE WEB DE L’ORGANISATEUR

Petits formats

Du mardi 22 novembre au samedi 24 décembre
Vernissage le vendredi 25 novembre à 17h30

Sélection de petits formats par l’Atelier-Galerie A.Piroir.

IMG_1528.JPG

TABLE DE L’ATELIER-GALERIE A. PIROIR, SITE WEB DE L’ORGANISATEUR

Art toronto

Du vendredi 28 octobre au lundi 31 octobre 2016

Vernissage le jeudi 27 octobre à 17h30

Atelier-Galerie A.Piroir a eu plaisir de participer à Art Toronto 2016. Nous étions au kiosque A47.

IMG_1528.JPG

TABLE DE L’ATELIER-GALERIE A. PIROIR, SITE WEB DE L’ORGANISATEUR

Hélène latulippe

Du mardi 6 septembre au samedi 15 octobre 2016

Vernissage le jeudi 8 septembre à 17h30

Dans le cadre du partenariat avec la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIECTR), l’Atelier-Galerie A. Piroir a l’honneur d’accueillir l’artiste québécoise Hélène Latulippe pour une résidence d’artiste et une exposition solo.

Exposition Portées d’ombres ii

Sélectionnée parmi les artistes exposant à la 9ème édition de la BIEC, Madame Latulippe est invitée à présenter une exposition individuelle qui se tiendra du 6 septembre au 15 octobre 2016. À la suite de sa résidence d’artiste effectuée en mai 2016, cette exposition permettra au public montréalais de découvrir un corpus plus complet de l’artiste tout en contribuant à la visibilité de la BIECTR.

Son exploration constante des limites de l’estampe, ses mariages de différents matériaux, textile, papier et la qualité de ses installations, ont déterminé notre choix de l’artiste Hélène Latulippe. Cet évènement s’inscrit bien dans les objectifs communs de la BIECTR et de l’AGAP de promouvoir le renouvellement et le développement de l’estampe contemporaine.

IMG_7024.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Bonnie Baxter

michel savage

Du mardi 2 août au samedi 3 septembre 2016

Vernissage le jeudi 4 août à 17h30

Exposition Signes de l'étant


Bio abrégée

«La pratique de l’art chez Michel Savage, agirait donc à la façon d’un dévidoir sur lequel s’enroule toutes les expériences emmagasinées. À une seconde près… un fil se rompt… un incident engendre la rupture… le bris d’un cycle délimité modifie alors la teneur des choses et facilite l’émergence, image après image, d’une irrépressible nécessité de dire».

Extrait tiré d’un article intitulé : Dans l’interstice du travail de l’œuvre, Hélène Poiré, Liaison, no. 98, 1998, p. 26-28.

Michel Savage est diplômé du Département des arts visuels de l’Université d’Ottawa où il a étudié la peinture avec Edmund Alleyn et Richard Gorman de 1972 à 1976. En 1982, il voyage, étudie et expose en Espagne où il fait la rencontre du peintre catalan, Antoni Tàpies à son atelier de Campins. Son travail de création visuelle suit un parcours en faveur d’une poésie symboliste de l’image. À travers une exploration phénoménologique de l’abstraction des formes et de la couleur, l’artiste vise le plus court chemin entre l’émotion et le signe.

Depuis 1975, le peintre a tenu de nombreuses expositions dans les galeries ainsi que dans plusieurs institutions académiques et culturelles. Il vit et travaille à Montréal depuis 1983.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Louis-Pierre Bougie

Du mardi 14 juin au samedi 30 juillet 2016

Vernissage le vendredi 17 juin à 17h30

Exposition Estampes de 1972 à 1994


Bio abrégée


www.louispierrebougie.com

Louis-Pierre Bougie est né à Trois-Rivières en 1946, il vit et travaille à Montréal. Après des études en gravure à L’école des Beaux-Arts de Montréal, Bougie complète sa formation dans plusieurs ateliers, notamment en France à l’Atelier Champfleury où il apprend les techniques de lithographie et chez Lacourière et Frélault où il travaille pendant plus de quinze ans et se spécialise en taille douce et en eau forte. Pendant plusieurs années, il effectue des séjours de travail et d'étude en France, au Portugal, en Pologne, en Irlande, en Finlande et à New York. Il est l’un des membres fondateurs de l’Atelier Circulaire, acteur important de la gravure au Québec. Ses œuvres sont régulièrement exposées dans des galeries canadiennes, américaines et européennes et font partie de plusieurs collections publiques et privées notamment au Québec, au Canada, aux États-Unis et en France.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

françois morelli

Du mardi 26 avril au samedi 11 juin 2016

Vernissage le jeudi 28 avril à 17h30


Bio abrégée


François Morelli est né à Montréal. En 1975 il termine un BFA à l’université Concordia en dessin. Entre 1975 et 1981 il travaille comme cartographe, graphiste et cuisinier. Il habite la région New York aise de 1981 à 1991 et reçoit un MFA en installation et performance de l’université Rutgers en 1983. Il enseigne depuis 1980, a été récipiendaire de nombreuses subventions et expose régulièrement depuis 1976. Il est professeur à l’Université Concordia depuis 1996 et fait partie de la Galerie Joyce Yahouda depuis 2006. En 1993 il recevait le prix d'Excellence de la Biennale de dessin et d'estompe d'Alma, et en 2007 le Prix Louis Comtois du Conseil des arts de la Ville de Montréal

Il poursuit une démarche polyvalente (en dessein, estampe, installation, performance et sculpture) marquée par un questionnement soutenu quant au statut de l'objet à l'intérieur des processus de création et de la perception de l'oeuvre. Il s'intéresse aux notions de passage, de circulation et de transformation. Pour lui l'oeuvre se fait souvent l'écho d'une action passée ou d'une intervention visant à traduire les rapports de l'artiste avec la société et les contextes.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Du mardi 29 mars au samedi 9 avril 2016.

Vernissage jeudi 31 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

Jovhanna RUTVANOWSKA

Du jeudi 11 février au samedi 26 mars 2016.

Vernissage jeudi 11 février à 17h30.

Exposition VUES DE L’ESPRIT - VUES DU CIEL

SITE WEB DE L'ARTISTE


Il n’est pas si loin le temps où les artistes concevaient leurs œuvres en faisant une osmose profonde entre esthétique et éthique. Ainsi du rapport qu’entretient Rutvanowska dans ses propres expériences liées aux religions et aux procédés techniques – des thèmes abordés, des lieux investis (Abbaye) ou de sa dernière production : gravures et livre d’artiste, en collaboration avec des écrivains sur la thématique des Péchés capitaux…

C’est notamment la position esthétique de l’artiste Jovhanna Rutvanowska, comme on peut s’en rendre compte par sa peinture et la réflexion qu’elle a développé à partir de son expérience et de son oeuvre qui conjugue diverses techniques et divers supports -, une œuvre multidirectionnelle. Dans laquelle la sensualité et la poésie font totalement corps. Toute peinture véhicule des valeurs esthétiques et des images ancrées dans l’inconscient social qui contribuent à changer le regard du spectateur. L’esthétique permet de renouveler le champ de l’universalité des rapports des artistes aux formes de la cité.

Jovhanna Rutvanowska traverse ainsi tous ces courants à sa manière, en les réinterprétant à sa manière, en les actualisant, comme on peut s’en rendre compte.

« Nous cherchons l’ébauche du monde – cette ébauche c’est nous-mêmes. » Ecrivait Novalis.

Patrick Amine

Ecrivain- Auteur

Extrait de « RUTVANOWSKA - PEINDRE DES ETATS D’ESPRITS»

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

SÉLECTION de l’atelier-galerie A. piroir

Du mardi 3 novembre au samedi 19 décembre 2015.

Vernissage le jeudi 12 novembre 17h30.

À travers ses quarante ans de métier en tant que maître imprimeur et éditeur, il a acquis une expertise qui englobe tous les procédés en arts imprimés. À travers ses activités pédagogiques et son rôle de diffuseur, Alain Piroir, spécialiste en art imprimé, souhaite promouvoir l’estampe actuelle. Sa galerie offre au public l’occasion exceptionnelle de découvrir l'estampe actuelle dans son contexte de création. Les expositions sont présentées dans l’atelier, aux côtés des presses où le public pourra observer les imprimeurs et les artistes à l’oeuvre. On peut suivre la création d’une œuvre du début jusqu’à la fin. Depuis toujours son atelier est lieu de rencontre. Il aime partager sa passion et promouvoir l’art imprimé au Québec et ailleurs. Son engagement pour ce médium et pour l’art visuel sous-tend toute ma carrière de maître imprimeur.

En 1974, il obtient son diplôme national des Beaux-Arts en France. L’année suivante, il ouvre de son premier atelier personnel à Paris. En 1977, il se place en tant qu’éditeur d’estampes et de livres d’artiste en plus d’être imprimeur. 1995, il immigre au Québec et installe son atelier à Montréal. 2007, il inaugure sa galerie attenante à son atelier. En 2011, il crée le Prix Atelier-Galerie A.Piroir avec la Biennale Internationale d’Estampe Contemporaine deTrois-Rivières. Au cours de sa carrier, il a collaboré avec de nombreux artistes de renommée international: Roy Lichtenstein, Jean-Paul Riopelle, Man Ray, Max Ernst, Hans Bellmer, Zao Wou-ki, Roberto Sébastien Matta, Francis Bacon, René Laubiès, Francine Simonin, Gilles Juneau, Ed Pien, Harold Kunder, John Heward et Marc Séguin…

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Lucie jolicoeur côté

Du mardi 15 septembre au samedi 24 octobre 2015.

Vernissage le jeudi 17 septembre 17h30.

Exposition jouer avec l’espace

« Mes œuvres offrent une visualisation des concepts sacré et profane, et concrétisent ma réflexion sur l’étroite relation entre les éléments spirituel et matériel de l’être humain. Une cohésion entre ces deux concepts se révèle pour moi incontournable, et je tente de l’exprimer visuellement, le sacré s’entremêlant avec le profane dans un ballet équilibré » L.J.C.


Bio abrégée

Peintre à l’origine, Lucie Jolicoeur Côté se voue à la gravure depuis 1990.
Elle explore ce médium au Centre Saidye Bronfman et à l’Atelier circulaire de Montréal, où elle possède son atelier. En 1992, elle participe à un stage de formation en eau-forte à l’Accademia Raffaëllo, à Urbino, en Italie.

Membre de ARPRIM et de l’Atelier circulaire depuis 1991, elle expose en solo et collectivement tant au Canada qu’au niveau international. La Bibliothèque nationale du Québec, le Conseil des arts de la ville de Montréal, et plusieurs entreprises dont La Banque Nationale, La Banque de Montréal, Gaz Métropolitain, Hydro-Québec, Loto-Québec et Ernst & Young comptent parmi ses collectionneurs.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

studio p.m.

Du mardi 9 juin au samedi 18 juillet 2015.

Vernissage le vendredi 12 juin 17h30.

Exposition


J’ai commencé en tant qu’apprenti imprimeur à La Guilde graphique de Montréal en 1972. C’est à ce moment-là que le fils de James Houston, fondateur de l’atelier d’imprimerie de Cape Dorset (Territoires du Nord-Ouest) m’a invité à travailler dans le Nord. Je ne me sentais pas encore prêt en tant qu’imprimeur et graveur et je n'ai donc pas saisi l'opportunité. Mais l’idée de travailler dans le domaine artistique avec des Inuits m’était restée en tête. En 1994, après des années à exercer le métier d'imprimeur, une nouvelle occasion de travailler à Cape Dorset s’est présentée. À la demande de Terry Ryan, qui était alors le gérant de l’ouest Baffin Eskimo Co-op, je suis parti dans le Nord pour encourager les artistes inuits à la gravure. Travailler avec certains des plus grands artistes de notre époque était quelque chose d'exaltant et de très enrichissant. Cette opportunité a profondément touché ma carrière.

En dépit de tout cela, j’avais le sentiment que d’autres communautés inuites n’étaient pas entendues. En 1999, j’ai donc demandé et obtenu un financement du Fonds du millénaire du gouvernement du Canada pour organiser une série d’ateliers dans huit communautés réparties sur le Territoire du Nunavut. C’est devenu une magnifique aventure personnelle. Célébrer et contribuer de si près au développement et à la transmission de l'héritage par l'art de l'impression des autochtones du Nunavut était à la fois quelque chose d'intense et d'exigeant. Ce sont des moments forts avec des personnes incroyables, jeunes comme vieux, que je garderai toujours dans mon coeur.

La Collection présente est un ensemble de 8 de gravures, un des résultats de cette entreprise…

Capture d’écran 2019-09-19 à 14.05.51.png

Site web de l’organisateur Arlis/na

pierre durette

Du mardi 21 avril au samedi 20 mai 2015.

Vernissage vendredi 1er mai à 17h30.

exposition They Live

Pour Pierre Durette la notion de civilisation est un élément fondamental dans sa recherche artistique. Il a été longtemps inspiré par les encyclopédies qui renferment les connaissances acquises par les sociétés à une époque précise. Durant les dernières années, il a approfondi ses recherches autour des idées de l’archivage, de l’histoire et de la mémoire. L’idée de l’encyclopédie a fait son chemin et son travail actuel rappelle les capsules temporelles où une sélection d’artéfacts est rassemblée pour un futur indéterminé.

L’exposition They live présentée à l’Atelier-Galerie Alain Piroir regroupe un corpus d’œuvres réalisé dernièrement lors de résidences en arts d’impression. Elles se veulent une incursion dans un univers iconographique où chaque oeuvre peut être à la fois un objet de culte et une nomenclature d’une société présente, mais lointaine. La conquête de Mars est le motif de cette production visuel. Il en découle un questionnement sur la pérennité de nos civilisations. L’exposition nous propose la vision d’une nouvelle terre promise tout en faisant ressortir le côté primitif de la fuite et du fantasme. Ce qui semble être à première vue des fictions visuelles se retrouve à la limite entre un passé fragmenté et un futur anticipé.


Bio abrégée


Originaire de Causapscal dans la vallée de la Matapédia. Pierre Durette vit et travaille à Montréal depuis 2002. En 2006, il obtient un Baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Semi-finaliste au concours de peinture RBC en 2009, il est récipiendaire de plusieurs prix et bourses durant sa carrière. II remporta entre autres; le Grand Prix Albert-Dumouchel, la bourse d’excellence Marcel Bellerive et la 3e place lors des 7e jeux de la francophonie à Nice en 2013. Ses œuvres ont été exposées au Musée d’art contemporain de Montréal, à la galerie The Power Plant à LE gallery à Toronto à Cuadro art gallery à Dubaï, ainsi que dans plusieurs centres d’artistes au Québec. Son travail fait partie de plusieurs collections tant privées que publiques à travers le Canada et à l’étranger.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Du mardi 31 mars au samedi 11 avril 2015.

Vernissage vendredi 3 avril à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

albert dumouchel

Du mardi 3 février au samedi 21 mars 2015.

Vernissage le vendredi 6 février 17h30.

Bio abrégée


Albert Dumouchel, artiste peintre, graveur et professeur. Il est né à Salaberry de Valleyfield le 15 avril 1916 et est décédé à Saint-Antoine-sur-le-Richelieu le 17 janvier 1971.


Artiste autodidacte, il étudie les rudiments de la gravure avec James Lowe à Valleyfield. Il se perfectionnera plus tard en travaillant dans les plus grands ateliers parisiens tels Leblanc (eau-forte) et Desjobert (lithographie). Il enseignera le dessin au Séminaire de Valleyfield (1936-1949) puis le dessin et la gravure à l’École des Arts Graphiques de Montréal de 1942 à 1960. En 1945, à Montréal, il participe aux expériences de « cadavres exquis » avec Léon Bellefleur, Jean Benoit, Jean Léonard, Mimi Parent et Alfred Pellan. En 1947 et en 1949, il publie deux célèbres numéros des Ateliers d'arts graphiques, la revue de l'École des arts graphiques de Montréal. En 1948, il co-signe le manifeste du groupe « Prisme d'yeux ». Il collabore ensuite aux premiers numéros des Éditions Erta, de Roland Giguère. Entre 1949 et 1954, ses lithographies illustrent Faire naître, Les Nuits abat-jour et Les Armes blanches de Giguère. Celui-ci intéresse Dumouchel au mouvement Cobra et ses oeuvres sont publiées dans la Revue internationale de l'art expérimental - Cobra (1954), et dans Phases de l'art contemporain (1955), la revue publiée par le poète et critique surréaliste Édouard Jaguer.

Sa carrière d'enseignant en art à l'École des arts graphiques et à l'École des beaux-arts de Montréal (1959-1969) influencera, jusqu'à son décès, plusieurs générations d'artistes. Le Musée d'art contemporain de Montréal a tenu une exposition rétrospective de ses gravures en 1974.

Ses œuvres sont présentes dans les plus grandes collections aussi bien au Canada qu’à l’étranger.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Stephanie russ

Du mardi 4 novembre 2014 au samedi 3 janvier 2015.

Vernissage le jeudi 6 novembre 17h30.

exposition i was walking


Cette série de travaux cherche à décrire un regard sur ce qu'est difficile à voir dans la nature et même existe sans être vu. Par exemple, j’étudie les ombres et les reflets de la pluie sur l’asphalte. Ces reflets sont là mais non observes. Je suis fascinée par le choix que nous avons de favoriser une chose plutôt qu’une autre. Le focus de cette oeuvre se porte justement sur le choix que nous avons de savoir quoi ou oie regarder.

Dans L’oeuvre intitulée:” Weather series”, des cartes du climat Canadien sont insérées dans des formations de nuages. Ces formations illustrent les différents niveaux du mouvement des systèmes climatiques et les enjeux qui se jouent dans le ciel.Je cherche à comprendre comment nous expérimentons notre environnement et comment cultiver l’espoir de prédire et de saisir ses pouvoirs inconnus.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

nancy lambert

Exposition du mardi 2 septembre au 25 octobre 2014.

Vernissage le jeudi 4 septembre à 17h30.

Dans le cadre du partenariat avec la BIECTR, l’Atelier-Galerie A.Piroir a l’honneur d’accueillir l’artiste québécoise Nancy Lambert pour une résidence d’artiste ainsi qu’une exposition solo.

Sélectionnée parmi les lauréats du Grand Prix de la Biennale, du Prix Banque Nationale, du Prix Télé-Québec et les récipiendaires des mentions honorables, Mme Lambert est invitée à présenter une exposition individuelle. Pour donner suite à une résidence d’artiste qui débutera le 25 avril 2014, cette exposition permettra au public montréalais de découvrir un corpus plus complet de l’artiste tout en offrant une étendue du rayonnement de la BIEC.

Cette artiste nous inspire par sa pratique de la gravure actuelle, qui est caractérisée, entre autres, par l’intégration de l’image numérique photographique avec des techniques traditionnelles de gravure par eau-forte. L’AGAP étant toujours à la recherche du renouvellement dans l’art de l’estampe, est très heureux d’offrir cette résidence/exposition à Mme Nancy Lambert et d’aider dans le développement de la création et du rayonnement de l’art d’estampe contemporain.


exposition la vie est un rêve


Je suis toujours à la recherche de petites choses qui normalement passent inaperçues ou qui sont cachées, invisibles ou inconnues. Je ramasse, examine, organise. Je joue avec les apparences qui se présentent à moi et mon plaisir est de les mettre à jour et, si l’occasion se présente, de raconter leurs histoires. Souvent, alors, mon œuvre inclut les paroles comme texte, comme poème ou comme titre.

Ma pratique de la gravure actuelle, qui est caractérisée, entre autres, par l’intégration de l’image numérique photographique avec des techniques traditionnelles de gravure par eau-forte, me permet de traduire un peu la sensation d’être immergée dans un monde en mouvance. Je me sens confrontée par son immense richesse et aussi par son insaisissabilité. La possibilité de faire de multiples constats du même sujet me donne l’impression de pouvoir mieux participer à la réalité de cette chose. Le succès est toujours momentané et très partial. Sans doute c’est l’impossibilité de rendre compte de mon expérience du monde qui est la motivation qui me garde sur le chemin. Alors, c’est les apparences qui me tiennent dans cette démarche d’essais et d’erreurs et les moyens restreints de papiers, de plaques, de vernis et d’encres m’enracinent.

La suite « Social Media : Out of the Box », dont sept (7) gravures ont été exposées à la Biennal Internationale de l’Estampe Contemporain de Trois-Rivières 2013, raconte multiples facettes d’un interface entre l’œuvre et son publique. Pour l’aficionado de l’art, elle se prête bien à une lecture humoristique.

La suite de gravures en eau-forte que je veux réaliser pendant la résidence Atelier-Galerie Alain Piroir en 2014 sera la continuation d’un thème que j’ai abordé pour la première fois en 1964. À l’époque, c’était deux jeunes garçons avec les pieds dans l’eau pour chercher des palourdes qui a attiré mon attention et depuis, le sujet de personnages à la plage a prit la forme d’un ensemble d’esquisses que je n’ai jamais pu achever. J’intitule la suite « La vie est un rêve » car il me semble que dans la dichotomie « conscience – inconscience » c’est plutôt l’inconscience qui mène nos vies et cette série d’images pourra me donner l’occasion de travailler, d’une façon ludique, le personnage mythique contemporain.

bio abrégée

Nancy Lambert a étudié la gravure à L’école des beaux-arts dans l’atelier d’Albert Dumouchel et a perfectionné différentes techniques dans l’atelier de Yves Gaucher à Sir George Williams University. Par la suite, elle a travaillé dans l’atelier de Pierre Ayot chez GRAFF. Elle détient une Maîtrise en éducation artistique et un Doctorat en Philosophie de l’Université Concordia. Maintenant retraitée de l’Université de Montréal, ou elle a travaillé pendant trente années en tant que formateur des maîtres en arts, elle poursuit son intérêt pour la gravure en s’impliquant dans des projets et des expositions locaux et à l’étranger.

Ma pratique de la gravure me permet de traduire un peu la sensation d’être immergée dans un monde en mouvance qui me confronte par son immense richesse et aussi son insaisissabilité. C’est, alors, les apparences qui me tiennent dans cette démarche d’essaie et d’erreur et les moyens restreints de papiers, plaques, vernis et encres qui m’enracinent.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Andréanne bouchard

Exposition du mardi 24 juin au samedi 23 août 2014.

Vernissage le jeudi 26 juin à 17h30.

exposition espace et divagation


Par le biais du dessin et de l’art imprimé, je m’amuse à explorer différents traitements picturaux et spatiaux. Mon travail s’effectue de façon spontanée; les images se construisent progressivement, parfois avec l’amalgame des techniques utilisées et les accidents qui surviennent. Ces imprévus font parties intégrantes de mon processus car ils m’obligent à analyser constamment ce qui se propose, à jouer/déjouer. Je trace, imprime, découpe, accumule, juxtapose, multiplie et colore.

Mon environnement au quotidien est une prémices à ma pratique: les espaces, un mot, un objet, les gens, les sentiments, une tache sur un bout de papier, un motif ou une couleur sont autant d’éléments qui stimulent mes perceptions. Un ton ludique et loufoque prédomine dans mon travail. Je redéfini, réorganise, dénature et réinterprète.

bio abrégée

Andréanne Bouchard est originaire de Causapscal, petit village situé au cœur de la Vallée de la Matapédia. Bachelière en Arts visuels et médiatiques, sa pratique se défini à travers l’art imprimé, le dessin et le collage. Son travail a été présenté en 2013 lors de La Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières. En 2012, une exposition solo, réalisée au Centre Elgar de L’île des Sœurs intitulée Chez-toi, chez-moi, quelque part, répertoriait un ensemble d’œuvres inspirées des lieux habités par l’artiste. Tout récemment elle proposait Champ de cornets, installation participative réalisée à Arprim lors de la Nuit Blanche à Montréal. Intéressée autant par l’œuvre picturale que par une approche plus démocratisée de l’édition, elle poursuit sa production en art imprimé à l’Atelier Graff depuis 2005.


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Guillaume brisson-darveau

Exposition du mardi 8 avril au samedi 7 juin 2014.

Vernissage le jeudi 10 avril à 17h30.

exposition la méta-guerre des étoiles


Guillaume Brisson-Darveau pratique la sérigraphie, la vidéo, la sculpture et l'installation. Sous le couvert de représentations ludiques et colorées d'éléments issus de la culture populaire, ses œuvres pointent les absurdités de la société contemporaine occidentale. Il reproduit dans des matériaux récupérés se trouvant à sa portée, des engins motorisés, des bonbons démesurés, des missiles et d’autres objets modernes avec une esthétique simpliste inspirée des jeux vidéo. Brisson-Darveau les détourne de leurs significations premières pour évoquer les paradoxes de la surabondance, du capitalisme et de l'excès lorsqu’ils sont valorisés par un monde où les inégalités perdurent.

Dans « La Méta-Guerre des étoiles », Brisson-Darveau nous propose une série de matrices gravées faisant référence à une visualisation réalisée enfant, pour renforcer son système immunitaire affaibli par un problème de santé. Durant cet exercice, il imagine ses globules blancs comme une armée puissante de vaisseaux spatiaux.

bio abrégée

L’artiste Montréalais détient une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval (2009). Il vient de présenter en janvier dernier, en collaboration avec l’artiste Pascaline Knight, Le Grand Dérangement/The Big Clean-Up à Open Studio, Toronto. Sa pratique solo l’amènera en Belgique en 2014 pour une résidence de production au Frans Masereel Centrum grâce au support du Conseil des arts et lettres du Québec.


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Exposition du mardi 25 mars au samedi 5 avril 2014.

Vernissage le jeudi 27 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

georges visat

Exposition du mardi 18 février au samedi 22 mars 2014.

Vernissage le jeudi 20 février à 17h30.

bio abrégée

Georges Visat découvre la gravure, à 14 ans, dans l’imprimerie parisienne du maître imprimeur Léon Isidore où il devient apprenti. Quelques années plus tard, Georges Visat deviendra le plus formidable graveur du siècle dernier et l'incontournable compagnon de route des surréalistes, mouvement dans lequel il a joué un rôle important.

En effet, dès 1949, il a collaboré étroitement avec Max Ernst, l'initiant aux différentes techniques de la gravure sur cuivre, créant même de nouveaux procédés. Leur indéfectible amitié ne s'est jamais démentie, de même que celle avec Roberto Matta.

La liste est longue des autres artistes qui recherchèrent une collaboration avec Georges Visat : Braque, Chagall, Miro, Léger, Giacometti, Man Ray, Bellmer, Magritte, Tanning et Francis Bacon pour ne citer que les plus grands et avec qui il écrivit les plus belles pages de l'édition surréaliste.

En 1988, il publiera « Voyages extra-terrestres d’un naïf » dont il a également écrit les textes.

« Dans mes rêves éveillés, je parcours par la pensée l’Infini. La plus grande vitesse est l’immobilité. L’univers est fermé, il n’est pas unique. Dans mes promenades, j’atterris sur d’autres planètes ».

Georges Visat 1988


http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Visat


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

livres d’arts

Exposition du mardi 7 janvier au samedi 15 février 2014

Vernissage le jeudi 9 janvier à 17h30.


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

SÉLECTION de l’atelier-galerie A. piroir

Exposition du mardi 26 novembre au samedi 28 décembre 2013.

Vernissage le jeudi 28 novembre à 17h30.

Nous avons sélectionné une quinzaine d'œuvres parmi notre collection qui compte environ 3 000 copies d’atelier. Cette exposition est composée d’estampes de Louis-Pierre Bougie, Marc Garneau, Harlan Johnson, Lucie Jolicoeur-Côté, Francine Simonin et François Vincent.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

pascaline knight

Exposition du mardi 15 octobre au samedi 23 novembre 2013.

Vernissage le vendredi 18 octobre à 17h30.

exposition

Si j’observe une chose relativement petite, est-elle affectée par mon observation? Suis je en train d’observer l’objet? ou l’effet qu’a mon observation sur lui? Où se situe la notion de réalité et matérialité dans ce contexte? Le lien entre le temps et l’espace devient élastique. La réalité solide et objective aussi prend un virage. Si nos pensées ne se voient pas à l’oeil nu, comment affectent-elles notre rapport à la réalité dans le quotidien? Je me penche sur le constant flot du changement, d’un moment qui imperceptiblement s’ajoute à l’autre. Je découpe des mots, des images et j’en laisse émerger une autre lecture.


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

brandon gunn

Exposition du mardi 3 septembre au samedi 12 octobre 2013.

Vernissage le jeudi 5 septembre à 17h30.


exposition

Dans mon travail, les formes, les couleurs, les surfaces, les détails et même leur absence invite le regard tout en confrontant le spectateur aux notions et aux interprétations préconçues des formes. Les formes ne sont pas reconnaissables, mais les espaces dans lesquels ils sont présentés sont fidèles à la réalité et le tout crée une hypersensibilisation des limitations de la vie de tous les jours. La signification que l’on attache aux expériences se trouve ni complètement dans la réalité, ni complètement dans l’imaginaire, mais bien entre les deux. C’est dans cet espace entre les choses ou la raison, la perception et l’imagination se rencontre, et où l’on découvre ce qui est mystérieux et sans fin, un espace transcendental.


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Hélène latulippe

Exposition du mardi 9 juillet au samedi 31 août 2013.

Vernissage le jeudi 11 juillet à 17h30.


Exposition broderie sur lignes de code

Mon travail pose un regard sur le passage de l’homme. J’en cherche les réminiscences, les façonne, en extrait une émotion avec laquelle le spectateur peut s’identifier. Répondant à mon attrait pour la matière et au plaisir de faire des marques, j’élabore mon vocabulaire autour d’une forme simple, d’une couleur en aplat et d’un processus basé sur la répétition du geste.

À première vue, toutes les lignes se ressemblent. Pourtant, lorsqu’on s’en approche, chacune d’elle dévoile sa construction particulière, livre sa propre poésie. À chacun revient le plaisir d’imaginer ses secrets et de lui attribuer un sens.

Dans cette nouvelle série, intitulée « Broderie sur lignes de code », Hélène Latulippe s'intéresse aux émotions et leurs impacts sur la cartographie de la mémoire.

Inspirée par les écrits de Joan Gibbons et de Marcel Proust, elle pose un regard sur le cerveau et sa capacité d’emmagasiner, à travers nos sens, des faits marquants. Pour formuler ce vocabulaire visuel unique, elle emploie la technique à la cuillère, méthode lui permettant d’imprimer minutieusement chaque trait sur le papier. Son geste répétitif nécessite une attention particulière et devient méditatif. L’artiste créé à la manière d’un rituel. Chaque ligne qu’elle inscrit représente une phrase de l’histoire. Elle laisse au spectateur le plaisir d’en être le narrateur.

En observant les lignes au caractère répétitif, le spectateur prend conscience de la constance et de l’irréversibilité du temps qui passe. Il réagit à la simultanéité de ses émotions et aux évènements percutants de sa vie. En examinant de plus près les inscriptions, il observe qu’elles ne sont pas parfaites, mais difformes et variables comme notre mémoire. Ces irrégularités le placent devant l’essentiel : choisir de s’ouvrir pour accéder aux trésors cachés dans ses souvenirs.

Hélène Latulippe puise dans sa nature sensible et curieuse pour exprimer le côté doux et réconfortant de la mémoire émotive. Elle tire son inspiration de son intérêt profond pour la condition humaine et le fonctionnement complexe de la mémoire. Chacune de ses œuvres nous incite à revisiter nos souvenirs. La série traite également de l'évolution de l’individu et de son retour à ses instincts. Dans sa dernière pièce, Ligne de conduite, le papier washi japonais remplace le papier kraft illustrant la possibilité pour l'homme d'évoluer et de changer en choisissant de se faire face.

Mirka Parenteau
Historienne de l’art

IMG_7024.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Bonnie Baxter

joani tremblay

Exposition du mardi 28 mai au samedi 6 juillet 2013.

Vernissage le jeudi 30 mai à 17h30.


Joani Tremblay est née à Montréal,Canada. Depuis son enfance, un vif intérêt s’est développé vis-à-vis les arts et le design. Après avoir étudié le design graphique, elle a entrepris un baccalauréat en arts visuels à l’université du Québec à Montréal. Dans ses oeuvres récentes, elle entama une recherche vers la compréhension de l’idée de la répétition avec un montant significatif de travail délicat et répétitif fait à la main. En simultané, la recherche se développa vers une simplification picturale proche de l’abstraction. Ces compositions créées à la manière de la nature donneront des images comparables au biomorphisme, à la topographie ou même aux structures cellulaires.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Nathalie Ampleman

Exposition du mardi 9 avril au samedi 25 mai 2013.

Vernissage le jeudi 11 avril à 17h30.


À travers l’exploration de techniques alternatives d’estampes photographiques, tel que le cyanotype et la gomme bichromatée, Nathalie Ampleman explore leur mise en espace. Son imagerie révèle l'impermanence des croisements entre l’environnement, le règne animal et l'humain. Marquées par des références artistiques, ses œuvres deviennent des allégories à notre monde inscrites par la matérialité de son processus créatif.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Exposition du mardi 26 mars au samedi 6 avril 2013.

Vernissage le jeudi 28 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

Shawn Reynar

Exposition du mardi 5 février au samedi 9 mars 2013.

Vernissage le jeudi 7 février à 17h30.


Dans mon travail, j’explore l’étiologie des maladies neurologiques qui ont un impact sur la coordination motricenécessaire à la vie quotidienne ainsi que l’accomplissement des tâches banales. La maladie génétique du «tremblement familial» qui cause un tremblement des mains m’intéresse particulièrement puisqu’elle touche ma famille. Les causes de cette condition sont nébuleuses, et pour mesurer l’intensité des tremblements, on évalue la qualité des dessins et de l’écriture des patients dans différentes conditions. Dans mon travail, j’emploi ces test rudimentaires comme point de départ pour explorer l’idée du «tremblement».

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

grande vente sur les éditions

Exposition du mardi 4 décembre au samedi 29 décembre 2012.

Vernissage le jeudi 6 décembre à 17h30.


Grande vente -50% sur les éditions de l'Atelier-Galerie A.Piroir (voir ci-dessous) Personne responsable Mme Agathe Piroir.


Francine Simonin


François-Xavier Marange Catherine Farish


Frédéric Desaulniers Julius Baltazar Omen


Marc-Antoine Nadeau Louis-Pierre Bougie


Martin Müller-Reinhart Jean-Pierre Larocque

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

shagri

Exposition : 6 novembre au 1erdécembre 2012

Vernissage: jeudi 8 novembre à 17h30


exposition douze battements de coeur

« Des lignes et des formes sur une matrice de bois ou de métal, et un dialogue se crée entre l’image et le geste. L’impression à l’encre sur papier traduit les pensées qui m’ont habitée depuis le processus initial. Ces techniques de la gravure ancienne, je les ai voulues variées et contemporaines. J’ai ensuite proposé à chaque poète un de mes douze entretiens artistiques et rêveurs afin qu’ils interprètent leur vision de mon œuvre. Cette édition de PoèmeArt a donc été réalisée avec la collaboration de José Acquelin, Louky Bersianik, Claudine Bertrand, Jean-Paul Daoust, Monique Deland, Louise Desjardins, Louise Gareau-Des Bois, Alain Horic, Pierre Nepveu, Bernard Pozier, Jean Royer et France Théoret. »


Shagri

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

jean-pierre larocque

Exposition : 18 septembre au 3 novembre 2012

Vernissage: jeudi 20 septembre à 17h30

Bio abrégée

Né à Montréal en 1953, Jean-Pierre Larocque suit une formation en dessin et en gravure à l’Université du Québec à Montréal au cours des années soixante dix. Plus tard il se consacre à la céramique qu’il étudie à l’Université Concordia pour ensuite obtenir une maîtrise de l’université Alfred de New York.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Saskia jetten

Exposition du 9 Août 2012 au 4 Septembre 2012

Vernissage le 9 Août à 17h00.

L'ATELIER-GALERIE ALAIN PIROIR ET BIENNALE INTERNATIONALE D'ESTAMPE CONTEMPORAINE DE TROIS-RIVIÈRES ANNONCENT LE CHOIX D’ARTISTE: La Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIECTR), exposition concours internationale qui a lieu tous les deux ans, inaugure cette année avec l’Atelier-Galerie A.Piroir à Montréal un nouveau partenariat axé sur un évènement satellite qui se tiendra durant les années intercalaires de la Biennale.


exposition

Site web de SASKIA JETTEN

bio abrégée

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Cytnhia dinan-mitchell

Exposition du mardi 8 Mai au samedi 4 Août 2012

Vernissage: jeudi 10 Mai à 17h30


exposition saloon story part iv

LIEN SITE WEB DE L'ARTISTE

Pour ce projet d'exposition, je veux explorer la notion d’ornementation en combinant l'installation, la céramique et l’estampe. Par cette approche multidisciplinaire, je veux ainsi créer une installation où on perçoit la rencontre forcée entre des esthétiques westerns (cowboys), japonaises et victoriennes. Premièrement, j'aimerais présenter une série de sérigraphie encadrée rehausser à la gouache illustrant des vignettes de cowboys et de samouraï. Deuxièment, je veux présenter un papier peint fait en flocage d'un motif imitant la toile de Jouy, mais refaite avec des images de cowboys. Dernièrement, je veux présenter des pièces en céramique ornée de sérigraphie qui répète les mêmes motifs du papier peint. Le tout sera lié par deux couleurs dominantes, soit le rouge et le noir.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

wieslaw haladaj

Exposition du mardi 10 Avril au 5 Mai 2012

Vernissage le jeudi 19 Avril à 17h30.

Exposition

SITE WEB DE L'ARTISTE

Dans sa pratique d’arts de l’estampe, Wieslaw Haladaj s’intéresse à la faculté expressive de la ligne. Ses compositions sont denses et dramatiques et reposent sur la dynamique des diagonales. Lorsque les lignes se croisent et se superposent, une tension en jaillit. De l’accumulation de ces lignes et ces grattements, l’artiste crée des visages, des corps demi-homme, demi-animal qui retiennent la tension des diagonales. L’artiste cherche à faire émerger de la noirceur des traits une luminosité qui évoque l’évolution de la psyché humaine et des mystères de l’univers.

Bio abrégée

Wieslaw Haladaj est né en Pologne en 1959 et y habite toujours. Après avoir terminé ses études en arts visuels à l’Université de Lodz en 1984, il poursuit sa carrière en dessin, peinture et en arts de l’estampe. En plus des nombreuses expositions auxquelles il a participé en Pologne, il a également participé à plus de 150 expositions de groupes. Il a reçu plus de vingt prix internationaux pour sa contribution aux arts de l’estampe. Notamment, il a reçu le premier prix à la Triennale internationale de Kanagawa (Japon) en 1998, le Grand Prix de la Biennale Internationale d’estampe à Bhopla (Inde) en 2004, le Grand Prix à la Triennale d’arts de l’estampe à Ufa (Russie) en 2004 ainsi que le Grand Prix à la Biennale Internationale des arts de l’estampe à Varna (Bulgarie) en 2005.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Exposition du mardi 27 mars au samedi 7 avril 2012.

Vernissage le jeudi 29 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.

Les étudiants du groupe de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat.

Exposition du maître imprimeur alain piroir

Exposition du mardi 6 Mars au samedi 24 Mars 2012

jimin lee

Exposition du mardi 8 Novembre au samedi 21 Janvier 2012

Vernissage le jeudi 10 Novembre 2011 à 17h 30

Exposition Moments in between


LIEN SITE WEB DE L'ARTISTE

Les motifs qu’elle emploie sont tirés des activités et des interactions banales de tous les jours. Son travail cherche à rendre symboliques ces interactions en ajoutant une intensité psychologique et une charge émotive aux oeuvres. Sa démarche emploie plusieurs techniques de gravure en passant par l’impression digitale, la photomécanique et la gravure de plaque par laser. Le résultat est une oeuvre unique et complexe.

Bio abrégée

Jimin Lee, née en Corée, travaille la peinture ainsi que les arts imprimés.

Depuis 1995, Lee travaille et habite à San Francisco où elle est professeure associée des arts (Université de Californie) et où elle mène le programme d’art imprimé.

Elle a également fait des expositions solos au Anchor Graphics à Chicago; QCC Art Gallery à la City University de New York; Don Soker Contemporary Art à San Francisco; DoART Gallery/Hyundai Gallery à Seoul; à la galerie Shirota à Tokyo; à la galerie AndrewShire à Los Angeles; à la galerie Megalo à Canberra, Australie; au Open Studio à Toronto, Canada. Récemment, elle a exposé en groupe à la 5e Biennale d’arts de l’estampe de Douro (2010), au musée d’arts d’impressions à Douro, Portugal, à la Graphica Créative de 2009 à Jyvaskyla en Finlande.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

ANDRÉE-ANNE DUPUIS-BOURRET

Exposition du mardi 16 Août au samedi 29 Octobre 2011

Vernissage le jeudi 25 Août 2011 à 17h30

Exposition définition d’affichage



LIEN SITE WEB DE L'ARTISTE


L’exposition Définitions d’affichage présente une série d’oeuvres et une installation murale réalisées en papiers imprimés et pliés. Inspiré par les jeux de construction et les images numériques pixelisées, l’artiste explore la construction d’espaces abstraits et géométriques. Les plis et des traits modifient notre rapport à la surface. Elle devient modulable, transformable à la manière d’une interface qui permet de modéliser des possibles représentations. Cette démarche induit une réflexion sur l’impact de l’imagerie scientifique et médiatique quant à notre manière de percevoir, d’imaginer et d’interagir avec notre environnement. De quelle manière les outils, les interfaces et les images affectent-ils notre rapport aux distances, à la temporalité?

L'artiste tient à remercier le Conseil des arts et lettres du Québec pour son soutien à la création des oeuvres présentées dans cette exposition.

Auteure de deux blogues de recherche : Le cahier virtuel et Le territoire des sens

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

paul bourgault

Exposition du mardi 31 Mai au samedi 16 Août 2011

Vernissage le jeudi 2 Juin 2011 à 17h30

Exposition trente deux étapes


L’Atelier-Galerie Alain Piroir présente dans son intégralité le corpus Trente deux étapes sur le chemin de l’acceptation de soi par la pratique de la sérigraphie de Paul Bourgault. Ces estampes qui se démarquent par leurs qualités picturales ont été réalisées d’un seul jet de septembre à décembre 2007 dans les Ateliers Graff.

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Harold klunder

Exposition du mardi 12 Avril au samedi 28 Mai 2011

Vernissage le jeudi 21 Avril 2011 à 17h30

Exposition self-portraits


Nous travaillons depuis le printemps 2010 avec Harold Klunder sur une édition de dix d’estampes. Cette série sera axée autour du thème de l’autoportrait que l’artiste explore et a redéfini à sa façon depuis plusieurs années. Nous utilisons un procédé expérimental d’impression avec plaques de plexiglass, les tirages comportent plusieurs passages de couleur.

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA

Exposition du mardi 29 mars au samedi 9 avril 2011.

Vernissage le jeudi 31 mars à 17h30.

EXPOSITION COLLECTIVE DES ÉTUDIANTS DU DÉPARTEMENT D’IMPRESSION DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA.


Les étudiants du groupe PRIN 451 de l’université Concordia présentent le résultat des recherches effectuées dans le cadre d’un cours donné par Stephanie Russ aux étudiants en fin de baccalauréat. Une poignée d’artistes prometteurs qui explorent toutes les techniques d’impression et qui se questionnent sur l’impact des images qu’ils créent sur leur entourage.

livres d’arts

Exposition du mardi 18 janvier au samedi 26 Mars 2011


Philippe Delavau, Monique Moser Verrey, Julius Baltazar et Francine Simonin


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Pierre Durette

Exposition du 16 Novembre au 15 Janvier 2010

Vernissage le jeudi 18 Novembre 2010 à 17h30

Exposition synchronicité


’artiste montréalais Pierre Durette exposera ses œuvres à l’Atelier-galerie Alain Piroir,à partir du 16 novembre. L’exposition est composée d’une série d’eaux-fortes et de deux lithographies grand format. Durette revisite la scène de genre pour recréer un ensemble d’œuvres vacillant entre le moyen âge et la science fiction. Dans cette synchronicité, des personnages miniatures en flottement s’accumulent sur fondblanc. C’est devant ce brouillage où se rencontrent et se déchirent des époques, des cultures et desreligions qu’émerge, selon Durette, une réflexion sur l’évolution de la menace et d’une histoire enconstruction.

La mise en scène du temps est la pièce maîtresse du travail de Pierre Durette. Entre le détail grotesque et la poétique des époques à la rencontre l'une de l'autre, il propose une revisite de la ligne du temps en un mélange rigoureux des siècles, des cultures et des traditions

Bio abrégée

Originaire de la vallée de la Matapédia, Pierre Durette détient un Baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Récipiendaire de plusieurs prix, ses œuvres ont été exposées au Musée d’art contemporain de Montréal et dans de nombreuses galeries et centres d’artistes au Québec et en Ontario.

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

édition de l’atelier-galerie A. Piroir Exposition d’ESTAMPES

Du 23 septembre au 13 novembre 2010

L’exposition Éditions de l’Atelier Alain Piroir présente des estampes récentes de onze artistes de divers horizons. Réunissant artistes québécois et européens, la relève aux côtés d’artistes chevronnés, l’exposition nous mène à travers un parcours riche et diversifié de l’estampe contemporaine.

Julius Baltazar, Louis-Pierre Bougie, Frédéric Desaulniers, Catherine Farish, Jean-Pierre Larocque, François-Xavier Marange, Martin Müller-Reinhart, Marc-Antoine Nadeau, OMEN, Marc Seguin, Francine Simonin.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

les journées de la culture

POUR LES JOURNÉES DE LA CULTURE démonstration de techniques
d'impression en taille-douce par ce maitre imprimeur et sa fille Agathe.
De plus, exposition de gravures d'artistes éditées par l'atelier.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

Béatrice Sokoloff

Exposition 1er au 23 septembre 2010

vernissage le jeudi 9 septembre à 17h30.

Exposition Polyphonie du noir


Lecture de poésie par Louise Warren, Lancement du livre d’artiste Où va le jour.

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Emmanuel bletton

Exposition du 24 mai au 30 mai 2010
Vernissage le mercredi 26 mai à 17h30

SITE DE L'ARTISTE

Exposition

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Ann Mccall

Exposition du 27 avril au 22 mai

Vernissage mercredi 28 avril 2010 à 17h00

Exposition

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Brain F. Kelly

Exposition du 18 mars au 17 avril 2010
Vernissage le jeudi 18 mars à 17h30

Exposition

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

stella pace

Du 13 novembre au 23 décembre 2009

Exposition têtes en devenir

IMG_7230.JPG

Vue de l’exposition, site web de l’artiste Stella Pace

érik desmazières

Du 6 octobre au 7 novembre 2009
Vernissage le mercredi 14 octobre à 17h00

Exposition Gravures

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Michel Gautier

Exposition du 1er septembre au 30 septembre 2009
Vernissage (Média) le jeudi 10 septembre à 17h00
Vernissage le vendredi 11 septembre à 17h00

Exposition Vue de l’esprit & esprits vus

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Emmanuel bletton

Exposition du 1er au 11 avril 2009
Vernissage le jeudi 2 avril à 17h00

SITE DE L'ARTISTE

Exposition Encres sur papier

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Talleen hacickyan

Exposition du 3 mars au 28 mars 2009
Vernissage le vendredi 6 mars à 17h00

Exposition ANimal instincts

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Sam kerson

Exposition du 2 février au 28 février 2009
Vernissage le vendredi 6 février à 17h30

Exposition PERSÉPHONE entre deux mondes

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Todd Munro

Exposition du 2 décembre 2008 au 17 janvier 2009
Vernissage le jeudi 4 décembre 2008 à 17h30

Exposition monotypes récents

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Martin müller-reinhart

Exposition du 4 novembre au 29 novembre 2008

Vernissage le mardi 4 novembre à 17h00

Exposition 5 variations un thème de 5m3

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Lucie jolicoeur côté

Exposition du 26 septembre au 1er novembre 2008
Vernissage le jeudi 2 octobre à 17h30

Exposition introspection


Bio abrégée

Peintre à l’origine, Lucie Jolicoeur Côté se voue à la gravure depuis 1990.
Elle explore ce médium au Centre Saidye Bronfman et à l’Atelier circulaire de Montréal, où elle possède son atelier. En 1992, elle participe à un stage de formation en eau-forte à l’Accademia Raffaëllo, à Urbino, en Italie.

Membre de ARPRIM et de l’Atelier circulaire depuis 1991, elle expose en solo et collectivement tant au Canada qu’au niveau international. La Bibliothèque nationale du Québec, le Conseil des arts de la ville de Montréal, et plusieurs entreprises dont La Banque Nationale, La Banque de Montréal, Gaz Métropolitain, Hydro-Québec, Loto-Québec et Ernst & Young comptent parmi ses collectionneurs.

IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

eide ( pierre martin )

Exposition du 22 avril au 31 mai 2008
Vernissage le jeudi 24 avril à 17h00

Exposition rupture

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

Michel Lancelot

Exposition du 28 février au 19 avril 2008
Vernissage le jeudi 28 février à 18h00

Exposition l’empreinte du temps 1908 - 2008


IMG_6998.JPG

Post-Involution, 1993, pointe sèche, 113 x 79 cm, site web de l’artiste Marc Garneau

guy langevin

Exposition du 15 janvier au 23 février 2008
Vernissage le jeudi 17 janvier à 18h00

Exposition

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

francine simonin

Exposition du 28 septembre au 22 décembre 2007
Vernissage le vendredi 26 septembre à 17h00

Exposition dialogue au carré

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal

exposition internationale de la gravure en taille directe

Exposition du 14 juin au 14 septembre 2007
Vernissage le jeudi 14 juin à 17h00

Exposition un monde en noir et blanc

100 gravures, 56 graveurs de 15 pays.

Bio abrégée

Capture d’écran 2019-09-19 à 15.58.35.png

Sans titre, 2017, Eau forte et pointe sèche 17X37cm, site web de l’artiste Jean Michel Cropsal